Notice: Important information about COVID-19 here.

Award winning student credits U of R’s La Cité universitaire francophone

By Costa Maragos Posted: April 13, 2016 6:00 a.m.

(l-r) Guy Matte, Director, Fondation dialogue; Sophie Bouffard, Director, La Cité universitaire francophone and Jessie Guraliuck, student, Bac en éducation and La Cité universitaire francophone.
(l-r) Guy Matte, Director, Fondation dialogue; Sophie Bouffard, Director, La Cité universitaire francophone and Jessie Guraliuck, student, Bac en éducation and La Cité universitaire francophone. (Photo courtesy of La Cité universitaire francophone)

(French version below)

Jessie Guraliuck, a first year student in the Baccalauréat en éducation française (Le Bac) program in the Faculty of Education who also takes classes at La Cité universitaire francophone, has made her mark in a national competition. She is one of five students across the country to be awarded a $1,000 bursary for a two-minute video she submitted.

The competition was put on by the Canadian Foundation for Cross-Cultural Dialogue and the Association des collèges et universités de la francophonie canadienne, a network of 20 francophone or bilingual post-secondary institutions outside of Québec. As an ACUFC member, La Cité could invite students to participate in the contest.

The challenge was to produce a two-minute video with one of the following three themes highlighting the student's home institution community as a model of diversity, dynamism, and linguistic duality.

“My video is about the amazing privilege that I get at the University of Regina to study in French. In my video, I share why I like it so much at La Cité universitaire francophone. We have wonderful and diverse teachers, tutors and other members of the faculty who make La Cité a great place to be a student,” says Guraliuck.

To view Jessie’s video please visit here.

“For me, being a part of La Cité’s family means that I can have a rich francophone experience and that I am surrounded by teachers and other staff that are looking to support my success as a student. Generally, classes in French are smaller so this enables me to get to know my fellow classmates and teachers on more personal level. This is something that I cherish a lot.”

Guraliuck says her education at Le Bac and at La Cité presents many opportunities.

“I feel that a Bachelor of French Education will open so many doors for me and I am excited for that. Some possibilities that interest me include being a teacher, a guidance counselor, an interpreter or working for Immigration Canada, Francophone Affairs, Radio-Canada, etc. I don’t want to decide too quickly because I have another 3 years left of my degree,” she says.

Guraliuck was asked to give advice to anybody thinking of a French language education at the U of R.

“I say do it. Knowing French opens so many doors and it is such a wonderful language to learn. Being Canadian, I believe it is so important to pursue bilingualism when possible,” says Guraliuck. “Even if a person doesn’t want to commit to a 4-year degree in French, the 1-year certificate in French as a Second Language is a great opportunity to learn and develop some French skills for the future. Besides, as Charlemagne puts it, “To have another language is to possess a second soul.”

La Cité universitaire francophone is the U of R’s newest academic unit, dedicated to providing university education in French in Saskatchewan. Explore the amazing opportunities at La Cité. Please visit here.

Related Story
Launching a new era in French post-secondary education at the U of R

Récompensée par une bourse, une étudiante attribue le mérite à La Cité universitaire
francophone de l’U de R

La Cite

(de g. à d.) Guy Matte, directeur, Fondation dialogue; Sophie Bouffard, Ph.D.directrice
principale, La Cité universitaire francophone et Jessie Guraliuck, étudiante au Bac en
éducation et à La Cité universitaire francophone.

Jessie Guraliuck, étudiante de première année du programme du Baccalauréat en éducation française (Le Bac) de la Faculté d’éducation qui suit également des cours à La Cité universitaire francophone, s’est distinguée dans un concours national.

Suite à la proposition d’une vidéo de deux minutes, l’étudiante a été récompensée par l’une des cinq bourse de 1000$ décernée aux finalistes à travers le Canada.

Le concours était organisé par la Fondation canadienne pour le dialogue des cultures et l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne, un réseau regroupant 20 institutions postsecondaires francophones ou bilingues à l’extérieur du Québec.

À titre de membre de l’ACUFC, La Cité pouvait donc inviter ses étudiants à y participer.  

Le concours avait pour objectif la production d’une vidéo de deux minutes mettant en valeur la communauté de l’institution d’origine de l’étudiant comme modèle de diversité, de dynamisme ou de dualité linguistique.

"Ma vidéo parle de l’incroyable chance que j’ai d’étudier en français à l’Université de Regina. J’y raconte pourquoi j’aime tant La Cité universitaire francophone. La Cité est un endroit idéal pour être étudiante parce que nous avons un groupe de profs, de tuteurs et d’autres membres de la faculté formidables et venus d’horizons divers," déclare Guraliuck.

Pour visionner la vidéo de Jessie, veuillez cliquer ici. 

"Pour moi, être membre de la famille de La Cité signifie que je peux profiter d’une riche expérience francophone et être entourée de professeurs et d’autres membres du personnel qui cherchent à appuyer ma réussite en tant qu’étudiante. En général, il y a moins d’étudiants dans les cours offerts en français ce qui me permet d’établir des contacts plus personnels avec mes camarades de classe et mes enseignants. C’est quelque chose qui me tient énormément à cœur."

Guraliuck dit que sa formation au sein du Bac et à La Cité lui donne de nombreux avantages.

"Selon moi, un Baccalauréat en éducation française va m’ouvrir beaucoup de débouchés et je m’en réjouis. Ce qui m’intéresse? Être enseignante, conseillère en orientation, interprète ou bien travailler pour Immigration Canada, les Affaires francophones, Radio-Canada, etc. Je ne veux pas me décider trop vite : j’ai encore trois ans d’études à faire pour avoir mon diplôme," dit-elle.

Nous avons demandé à Jessie Guraliuck quel conseil elle donnerait à une personne qui songe à faire des études en langue française à l’U de R.

"Moi, je dis : allez-y! Connaître le français ouvre tant de possibilités et c’est tellement une belle langue à apprendre. En tant que Canadienne, je pense qu’il est très important d’essayer d’être bilingue quand cela est possible," dit Guraliuck. "Même si une personne ne veut pas s’engager à faire des études de quatre ans en français pour obtenir un diplôme, elle peut faire le Certificat en français langue seconde d’un an qui lui donnera la chance d’acquérir et de développer des compétences en français pour l’avenir. Et puis, comme l’a dit Charlemagne, «Avoir une autre langue, c’est posséder une deuxième âme."

La plus récente unité académique de l’Université de Regina, La Cité universitaire francophone, a pour mandat d’offrir une éducation universitaire en français en Saskatchewan. Explorez les incroyables possibilités à La Cité. Veuillez cliquer ici.